Cristelle Carleti

Cristelle Gouffé

Mezzo-Soprano

B i o g r a p h ie

Cristelle Gouffé est originaire de Montauban. Elle a effectué ses études de chant au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse dans la classe d’Anne Fondeville. Elle obtient son  prix de chant en 2013.

 

Tout au long de son parcours, elle participe à des master classes et rencontre Sophie Koch, Léontina Vaduva, Béatrice Uria-Monzon, Philippe Cassard, Mady Mesplé, Udo Reinemann, Nadine Denize et Daniel Ferro. Aujourd’hui elle perfectionne sa technique avec Didier Laclau-Barrère.
 

À l’opéra elle a tenu les rôles de l'écureuil et du pâtre dans L’Enfant Et Les Sortilèges de M. Ravel au théâtre du Capitole de Toulouse, et le rôle de Miss Baggott dans Le Petit Ramoneur de Benjamin Britten au théâtre Jules Julien de Toulouse. Elle a été La Zia dans Madame Butterfly de G. Puccini à l’Opéra de Limoges. En 2019 on lui confie le rôle de Siebel dans l’opéra Faust de C. Gounod au Zénith d’Orléans puis celui de Carmen dans La tragédie de Carmen, une réécriture par Marius Constant de l’œuvre de G. Bizet au Palais des rois de Majorque à Perpignan.
 

Elle est soliste dans de nombreuses œuvres telles que la Messe du Couronnement et les Vêpres solennelles de W.A Mozart au Victoria Hall de Genève, le Stabat Mater de G.Rossini et le Stabat Mater d’A. Dvořák. Elle est également soliste dans la Misa Tango et le Tango Credo de M. Palmeri. Pour ces occasions le compositeur Martin Palmeri a fait l’honneur de sa présence en tant que pianiste.
 

Elle se produit aussi en récital dans plusieurs festivals en France, (Périgord Pourpre, Musique en Vignes Dans Le Frontonnais, Automne Musical En Vallespir, Moments Musicaux Du Tarn…) et elle a été régulièrement invitée à chanter les Cantates de J-S. Bach avec l’Ensemble baroque de Toulouse pour les Cantates sans filet.

 

En 2019 elle enregistre un album avec l’ensemble Café de Maurizi, un sextuor pour voix lyrique, cordes et piano qui joue les musiques transcrites et composées par Oreste Eugène de Maurizi et qui fait redécouvrir de nombreux thèmes récurrents des musiciens tziganes.